Vous trouverez, dans ce bulletin, la suite des souvenirs d'enfance du vétérinaire, le retour triomphal à Marlhes des indignées à leur sortie de prison et une évocation de la vie à Saint-Genest dans les années 30 avec les diverses fermes du village qui produisaient du lait collecté journalièrement par un important personnage, le laitier.

La passementerie tenait une grande place dans l'économie locale ave la présence de nombreux métiers à tisser comme, par exemple, à la scie du Mas dont nous racontons la chronique. En amont du tissage, se trouvaient les tourneries installées tout au long de la Semène que nous présentons avec leur emplacement et leur histoire.

D'autres récits mettent en avant deux personnages qui ont accompli un destin hors du commun soit au service de la religion comme Monseigneur Rouchouze, missionnaire disparu en mer, soit au service de la patrie comme le Colonel Parrin. Moins édifiante est l'aventure d'un lieutenant de la maréchaussée de Saint-Etienne, originaire de Saint-Genest, Jean Tardy de Montbel, poursuivi en recherche de paternité.

Deux documents historiques sont présentés : une reconnaissance de droits féodaux en 1784 et la dot accordée par Napoléon à une génésienne mariéee en 1810 à un militaire en retraite.

Jonzieux est à l'honneur puisque trois articles évoquent le riche passé de la commune paysanne convertie à la passemanterie. C'est d'abord l'histoire du Bois Joli, une maison tenue par les soeurs de St-Joseph pour accueillir les enfants de santé fragile, c'est ensuite le manoir de La Terrasse, une seigneurie d'Ancien Régime partagée entre le Forez et le Vellay, ce qui n'allait pas sans conséquences juridiques et fiscales et c'est enfin la figure attachante de Pierre Neyret, mariste et poète.