Fin du XIX° siècle, Louis DESESTRET (1858-1913) est commercial aux Ets BALAY (Tissage et Rubanerie à St Etienne). Un de ses amis, Marcellin PREBET (1861-1913) est technicien dans la même société.

Ensemble, ils décident de créer leur propre entreprise "Les Ets Prébet-Désestret". Ils installent leur siège social dans un immeuble rue Gérentet, sur la place de l'Hôtel de Ville. Louis pose ses conditions... "Associés d'accord mais... quand j'aurai une rente de 100 000 Frs... j'arrête tout..."

Cette association date très certainement de 1895 puisque sa fille (Ninette) m'avait précisé sur la fin de sa vie :

"Monsieur Prébet et mon père se sont associés avant 1900, tout de suite après le mariage de mon père (1895)... On disait que c'était les seuls associés qui ne s'étaient jamais brouillés..."

Au décès de Louis, Marcellin prend un nouvel associé et l'entreprise deviendra les "Ets Prébet-Callet"...

 

Louis habite une grande maison impasse du Vieux Montaud à St Etienne et fait construire en 1900 "Les Lilas", la propriété de la Fouillouse.

Le 5 juin 1905, à St Etienne, c'est le banquet annuel des pompiers ...

Louis est à la Fouillouse avec sa famille et du côté de St Etienne, le ciel s'assombrit, une épaisse fumée s'élève au-dessus de la ville. Un incendie sans doute ?... tous les doutes sont levés quand le vent du sud apporte aussi l'odeur de la fumée, de la cendre et des bouts de papiers à moitié consumés. Il en ramasse un dans le jardin et ... constate qu'il s'agit de lettres à entêtes de leur entreprise... inutile de dire qu'il se précipite à St Etienne.

Une foule s'est rassemblée sur la place et c'est bien leur immeuble qui est en feu. Les pompiers ont déserté leur repas et sont là aussi. Malheureusement, ils ne peuvent rien faire... pas d'eau aujourd'hui, les vannes du barrage sont fermés ! Pas de téléphone à la maison du garde, il faut envoyer un homme à cheval pour demander au garde d'ouvrir les vannes, mais une dizaine de km pour rejoindre le barrage de Rochetaillée demande un peu de temps... les pompiers retournent à leur banquet en attendant !

L'immeuble brûlera pendant une semaine, on s'aperçut trop tard que la colonne d'alimentation de gaz qui n'avait pas été coupée (un oubli fâcheux !...) transformait la cage d'escaliers avec l'appel d'air en un véritable chalumeau.

Malgré toutes les protections mises en place, le surlendemain, le 7 juin, la façade s'est effondrée.

Des dégâts très importants on s'en doute, plusieurs millions de francs de l'époque, une comptabilité entièrement détruite. Marcellin Prébet était également artiste-peintre, de ses tableaux plusieurs fois primés, il n'en reste plus rien.

On raconte aussi que des enveloppes anonymes avec de l'argent ont été déposés dans la boite aux lettres de l'entreprise des années plus tard... des clients (indélicats ?...) qui payaient leurs dettes avant de partir à la guerre de 1914, peut-être pour se donner une bonne conscience ?

En images...

18712676

La place de l'Hôtel de Ville de St Etienne en 1905. A gauche la rue Général Foy, à droite la rue Gérentet. L'Hôtel de Ville a été construit en 1822, l'architecte était Dalgabio. Un dôme de 51 m (architecte Boisson) installé en 1858. Deux statues de part et d'autre de l'escalier d'accès, la Métallurgie et la Rubanerie (oeuvre de Etienne Montagny). Suite à un incendie, le dôme sera supprimé en 1952 et la place remodelée en 1976...

18696046

L'immeuble qui abritait la société Prébet-Désestret à l'angle des rues Gérentet et de la Croix (aujourd'hui Gérentet et Francis Garnier). Devant l'Hôtel de Ville la statue de la Rubanerie.

18714175

La foule sur la place, les pompes à incendie sont en action...

 18696077

 

L'intérieur de l'immeuble a été détruit, mais la charpente résiste encore.

18696108

La charpente a entièrement brûlé sans doute le sous-équipement des pompiers. A l'époque aucune grande échelle... on laissait brûler en essayant de protéger les immeubles voisins.

18696146

Des étais ont été mis en place contre l'immeuble voisin de l'autre côté de la rue pour éviter un effondrement de la façade et la destruction totale.

18696189

Huit jours plus tard, l'incendie est terminé, la façade principale s'est écroulée sur la rue Gérentet.

La vie reprend son cours.